tango queer
tango queer

La Vie en Rose: Le Tango Queer débarque à Paris

Le festival de tango queer La Vie en Rose se déroulera du 28 juin au 1er juillet à Paris. L’occasion de se pencher sur cet événement, et cette danse, dont la popularité ne cesse de croître, avec Donald Bovy, Responsable de la scénographie et des partenariats.

Que pouvez-vous nous dire sur ce Festival international du tango queer? 

Avec plus de 300 personnes par jour, La Vie en Rose est un des festivals de tango queer les plus importants dans le monde et, de plus, il a lieu à Paris. La ville de Paris est importante dans l’histoire du tango argentin, elle l’est aussi dans l’histoire des conquêtes de nos libertés. Cette année, notre thème est le Tango Freakshow. Il nous permet de rappeler que les débutants et les confirmés, les personnes de toutes les origines, les vieux et les jeunes, les petits avec les grands, les barbus et les chauves, les gros et les maigres, l’ensemble de la communauté lesbienne, gay, bi, trans, asexuelle, pansexuelle, nos allié.e.s et les curieux/curieuses seront réuni.e.s durant quatre jours à Paris pour danser le tango argentin tous les soirs à la Salle Colonne.

Quels sont vos objectifs en matière de visibilité ?

Le tango queer existe depuis plus de 20 ans et grâce aux festivals, il est aujourd’hui largement connu dans le monde du tango argentin. Notre programme propose aux danseurs de tango 14 cours donnés par des professeurs essentiellement issues de la communauté LGBTQIA+. Les démonstrations faites à chaque bal (Milongas) sont aussi réalisées par des danseurs queer. Cependant, notre public est totalement mixte. Ainsi, sur la piste de danse, vous pouvez voir des couples d’hommes, de femmes et des couples mixtes. C’est avant tout une communauté d’esprit et d’expériences mais aussi un parfait exemple d’une communauté LGBTQIA+.
Le Festival est aussi l’occasion de mettre en avant une cause à travers une association. L’année dernière ce fut une aide envoyée directement en Russie pour aider les homosexuels tchétchènes et et cette année, c’est l’association La coletiva Lohana Berkins de Buenos Aires pour son travail auprès des personnes trans.

En quoi est-ce important d’avoir des évènements ciblés comme celui-ci ?

C’est important car le monde du tango est fait de rencontres et un festival international est l’occasion de rencontrer des danseurs qui viennent d’ailleurs. Les personnes voyagent de loin pour cette occasion. C’est une tour de Babel où le langage commun est corporel. C’est aussi l’occasion de suivre sur 3 jours plus de 14 cours de professeurs internationaux et de continuer de perfectionner votre danse ce qui est important car la danse est tout de même compliquée. Apprendre le tango argentin prend des années. Des années faites de rencontres et de plaisirs partagés. Et dans ce sens, la city walk du dimanche propose de parcourir Paris danser sur ses plus belles places. C’est un moment inoubliable.

Il y aura un cours d’initiation le samedi. Qui peut venir ? Comment cela se passe-t-il ?

Tout le monde est le bienvenu. Le monde du tango queer à Paris regroupe un monde mixte de gays, de lesbiennes, de trans mais aussi d’hétéros où chacun peut pratiquer sa danse comme il le souhaite. Ce cours est fait pour que vous puissiez découvrir cet univer complexe et sensuel dans un cadre exceptionnel. Le professeur Kevin Barron appartient à un collectif de professeur donnant des cours collectifs de tango queer tout au long de l’année à Paris. http://tangolibero.com/
Vous pourrez ainsi continuer l’aventure si elle vous a plu et revenir au festival l’année prochaine !

Pour plus de détails http://lvrparis.fr/