L’Assemblée Nationale vote à l’unanimité pour interdire les thérapies de conversation

L’Assemblée Nationale vote à l’unanimité pour interdire les thérapies de conversation

Be first to like this.

La proposition de loi visant à interdire les thérapies de conversion a été votée hier en première lecture à l’Assemblée Nationale, avec 115 voix pour, 0 contre et trois abstentions.

Le texte porté par la députée LREM Laurence Vanceunebrock crée un nouveau délit pour ceux qui prétendent « guérir » les personnes LGBT.

Les « pratiques comportements ou propos répétés visant à modifier ou réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre » d’une personne et «ayant pour effet une altération de sa santé physique ou mentale» seront punis de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Si la personne est mineure, dépendante ou que la personne mise en cause exerce un ascendant, la sanction pourra être portée à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Le texte a été transmis au Sénat. Avec un parlement qui achève ses travaux en février, en raison de l’élection présidentielle de 2022, le calendrier risque d’être serré.

Related Stories

Marches des fiertés LGBT 2021: le calendrier
Reboot de "Queer as folk", c'est parti
En raison du covid, les Gay Games de 2022 sont reportés à 2023
"Bienvenue en Tchétchénie", implacable documentaire sur la répression homophobe dans le Caucase
Quantcast