Christine Boutin
Christine Boutin

« L’homosexualité est une abomination »: Christine Boutin blanchie par la Cour de Cassation

Ceux qui estiment « qu’on ne peut plus rien dire » ont tort. On peut visiblement comparer l’homosexualité à une « abomination » en toute légalité.

Selon Libération, la Cour de Cassation a cassé aujourd’hui 9 janvier la décision de la Cour d’Appel de Paris (sans renvoi à une autre cour d’appel), qui avait condamné Christine Boutin pour provocation à la haine. L’ancienne députée et ministre du Parti Chrétien Démocrate avait en effet déclaré en avril 2014 dans les colonnes du magazine Charles que « l’homosexualité est une abomination ».

Elle avait été condamnée en première instance et en appel à payer 5000 euros d’amendes et 2000 euros de dommages et intérêts aux associations qui s’étaient portées partie civile, l’Inter-LGBT, Mousse et Le Refuge, à quoi s’ajoutaient 2000 euros au titre de l’article 475.1 du Code de Procédures Pénales et 1000 € au titre des frais de justice.

Toujours selon Libération, la Cour a estimé que «le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles».

Une décision similaire à l’encontre de Christian Vanneste

Cette décision n’est guère surprenante dans la mesure où la Cour de Cassation avait déjà rendu une décision similaire en 2008 à l’encontre de Christian Vanneste. L’ancien député du Nord avait déclaré que l’homosexualité était « inférieure à l’hétérosexualité. Si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité ». La Cour de Cassation avait estimé que ces propos ne dépassaient pas le cadre de la liberté d’expression.