Edito: Pédophilie dans l’Eglise: le silence révélateur de la Manif pour tous

Cette semaine le Procureur de l’Etat de Pennsylvanie aux Etats-Unis a révélé un scandale de pédophilie d’une ampleur inédite au sein de l’Eglise Catholique (photo). Plus de 300 prêtres sont accusés d’avoir violé des centaines d’enfants et d’adolescents, garçons et filles. Pire, ces criminels ont été constamment protégés par leur hiérarchie, avec la complicité de la police. Encore pire, si c’était possible, l’immense majorité de ces faits sont prescrits et les victimes n’obtiendront jamais justice.

Loin d’être un cas isolé, cette affaire n’est que le énième épisode du dossier de la pédophilie au sein de l’Eglise. En mai dernier par exemple, l’ensemble des évêques du Chili a remis sa démission au Pape suite à plusieurs affaires. L’ensemble. Après avoir défendu l’un des prêtres mis en cause, le Pape François a annoncé des « changements » au sein de son institution.

Il y a une constante dans ces scandales innombrables. Les prêtres criminels sont quasiment systématiquement couverts par leur hiérarchie.

En France, le Cardinal Philippe Barbarin, grand pourfendeur du mariage pour tous, est ainsi accusé d’avoir fermé les yeux sur le comportement du père Preynat.

Ces dernières années, il y a aussi une autre constante notable en France. Le silence de la Manif pour tous face à ces révélations, comme l’ont noté plusieurs internautes cette semaine et comme l’a résumé le dessinateur Nawak:

Pédophilie dans l’Eglise: « Aucun commentaire », pour Ludovine de la Rochère

Voilà une organisation qui depuis fin 2012 combat avec force toute avancée sociétale ou législative en faveur des personnes LGBT au nom d’un soi-disant « intérêt de l’enfant ». Depuis la révélation de l’affaire de Pennsylvanie, la Manif pour tous a eu le temps de tweeter contre la PMA, au motif qu’elle prive de père les enfants (ce qui est mal, selon elle). Mais sur la pédophilie, un crime passible de 20 ans de prison en France, rien. Interrogée sur l’affaire Barbarin, Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous avait un jour répondu n’avoir « aucun commentaire » à faire. D’un côté, les éventuelles conséquences psychologiques causés par le fait d’avoir grandi dans une famille homoparentale les fait descendre dans la rue, pétitionner, tweeter ; d’un autre côté, quand des enfants et adolescents subissent l’horreur irréparable du viol: nada. Vous avez dit deux poids, deux mesures?

Si la Manif pour tous voulait se défendre en invoquant des cas « particuliers » comme le font parfois ses affidés sur les réseaux sociaux, on peut répondre qu’avec tous les crimes révélés depuis des décennies maintenant, ce ne sont plus les crimes de quelques brebis galeuses, c’est un véritable système.

Bien sûr, on comprend aisément que la Manif pour tous ait du mal à mordre la main qui la nourrit. De nombreuses enquêtes ont montré que c’est bien le lobby catholique qui structure et finance le mouvement anti-LGBT. Quand la main qui vous nourrit est aussi pourrie, cela devrait être un devoir moral de s’en émanciper.

Mais de morale, la Manif pour tous n’en a point. Ce que montre ce silence face à la pédophilie de l’Eglise, c’est que le bien-être ou l’intérêt de l’enfant leur importe peu. Ce qui compte, c’est de combattre les personnes LGBT. L’homophobie, la biphobie et la transphobie sont leur étendard. Il n’y en a pas d’autre.

Alors pourquoi invite-t-on encore régulièrement Ludovine de la Rochère dans les médias pour venir donner son avis sur la PMA ou d’autres sujets nous touchant?