Retour réussi pour Woodkid avec « S16 »

Retour réussi pour Woodkid avec « S16 »

Be first to like this.

Sept ans après The Golden Age, Woodkid revient avec envoûtant, S16.

Sur ce deuxième album, le français Yoann Lemoine, qui vit désormais à Paris après plusieurs années à à New York, alterne entre chansons avec orchestrations grandioses, comme Goliath et titres plus intimistes comme Horizons into battlegrounds ou In your likeness. Sur Reactor et Minus sixty one, il a fait appel à un choeur d’enfants japonais, qui confère à ces titres une beauté éthérée.

Regarder Goliath, par Woodkid: 

Le titre de l’album vient de la désignation scientifique du soufre. Ou du « souffre », aurait-on envie d’ajouter à l’écouter de ces titres souvent chargés de spleen. Moins chargé en tubes (Iron, The Golden Age, Run boy run) que son prédecesseur, S16 révèle sa richesse peu à peu, au fil des écoutes. « Je voulais réaliser un album moins accessible, qui demande plus à l’auditeur, assure Woodkid. J’aime vivre ce genre d’expérience au cinéma. Un film m’agresse, me dérange, mais je n’arrête pas ensuite d’y penser, comme ça a été le cas avec Melancholia, de Lars von Trier. », explique-t-il au Monde

Homme d’image — il a réalisé de nombreux clips pour Rihanna, Lana Del Rey, Drake, etc. — Yoann Lemoine donne à chacune de ses compositions une qualité quasi-cinématographique. On les imagine sans peine illustrer de superbes plans dans des long-métrages.

Une belle réussite.

 

Related Stories

Entre pop atmosphérique et beats électro, Jónsi est de retour avec "Shiver"
"Smoke Signals": Découvrez l'envoûtante nouvelle chanson de Jérémie Whistler
Le nouveau Robyn vient de sortir et il est aussi doux que du miel
Le chanteur Yoann Fréget, gagnant de "The Voice", fait son coming-out
Quantcast