La Thaïlande s’apprête à adopter l’union civile pour les couples homos

This post is also available in: English

La progression de l’égalité des droits pour les personnes LGBT dans le monde est généralement une source de réjouissance, mais en ce qui concerne l’union civile que la Thailande s’apprête à voter, ça dépend à qui vous posez la question.

Certains se réjouissent de voir que la Thaïlande sera sans doute le premier pays asiatique à légaliser l’union civile, d’autres considèrent qu’il s’agit d’une loi discriminante.

La première version de la loi qui permettrait de créer des unions civiles pour les couples de même sexe a été présentée jeudi. Cette loi permettrait en principe — ce point fait encore débat — aux couples d’adopter des enfants (à partir du moment où l’un des deux est Thaïlandais et que les deux ont au moins 20 ans). La loi permet en tout cas aux partenaires d’avoir accès aux droits de propriété, de succession et de décisions médicales.

Pour que ce projet de loi devienne officiel, le gouvernement devra le faire passer de l’assemblée nationale locale. Si l’assemblée accepte d’examiner la loi, les députés pourront faire adopter des amendements et ensuite la voter. Si tel est le cas, l’union civile sera ouverte quatre mois plus tard.

On a beaucoup spéculé sur la question de savoir quel serait le premier pays asiatique à autoriser des unions pour les couples de même sexe. Taiwan a longtemps fait figure de favori, mais la Thailande tient désormais la corde.

Beaucoup de militants thaïlandais sont toutefois mesurés par rapport au projet de loi sur l’union civile. Certains préfèrent qu’il soit abandonné, au profit d’une loi ouvrant directement le mariage.

thai civil unions pride

« Les personnes LGBT doivent être inclues et non pas avoir des lois séparées, qui créent des citoyens de seconde classe », argumente la militante local Matcha Phorn, au South China Morning Post. Sans cette loi il sera plus facile de faire changer le code civil à l’avenir. »

« Comment soutenir cette loi, alors qu’il s’agit d’une loi supplémentaire pour nous discriminer », insiste-t-elle.

Mais d’autres voient cela comme une étape vers l’objectif final qu’est le mariage. Nada Chaiyajit, une femme trans qui milite en Thaïlande, qui a été consultée par le gouvermenet estime qu’il s’agit d’un « grand moment. » « Les ministres ont étudié comment cela a été fait au Royaume Uni et dans d’autres pays et ont vu que l’union civile était un premier pas. Je suis assez confiante dans le fait que le mariage sera sur la table d’ici cinq ans. »

Featured image courtesy of The Nation