« The Last Car » ou comment les gays draguent dans le métro de Mexico

« The Last Car » ou comment les gays draguent dans le métro de Mexico

Be first to like this.

This post is also available in: English Español

On oublie tout sous le soleil de Mexico, mais qu’en est-il dans le métro?

Lorsque David Graham, un photographe New-Yorkais est arrivée à Mexico pour un séjour de deux jours, il est sorti prendre un verre dans le quartier historique de la ville et il a vu deux hommes s’embrasser dans la pièce principale d’un bar, leurs corps enlacés éclairés par un néon où l’on pouvait lire « puto », le mot espagnol pour « pédé ». Après avoir parlé de cela à un ami, il a appris que les rames de métro étaient des lieux de drague connus vers 23h, en particulier la dernière rame de chaque train.

C’est ainsi que David Graham a début son exploration du Mexico gay, à travers ses métros, ses soirées sous-terraines, ses fêtes en rooftop et dans les appartements de mecs jusqu’au petit matin.

Il a ensuite réuni toutes ses photos dans un livre intitulé The Last Car: Cruising in Mexico City, sorti le 13 avril.

« Draguer? Dans la dernière rame? Cela semblait étrange comme le vestige d’un passé et en même temps complètement intriguant  — un terrier menant à une autre terre, une autre époque, une autre culture », écrit le photographe.

« Ici, à Mexico », ajoute-t-il, « dans l’un des plus grands réseaux de métro du monde, à cette époque où les applis promettent une connectivité sans fin, où le porno en ligne offre une gratification immédiate, pourquoi chercherait-on, aurait-on besoin, ou voudrait-on un espace transitoire où l’on peut rencontrer des mecs? Cela semblait suspect, mais aussi déroutant. »

David Graham a fait carrière dans le repérage local pour des réalisateurs comme Gus Van Sant et dans la photographie de rue, avec un style à la fois intime et plein d’énergie. C’est pourquoi les métros mal-éclairés, les spots noyés sous les néons de Mexico constituaient un challenge unique pour lui, à la fois intéressant et dangereux pour un étranger blanc avec un gros appareil photo voyeuriste autour du cou.

Au début, il a choisi la ligne rose, qui traverse la ville d’est en ouest et passe notamment par le quartier de Zona Rosa. A sa grande surprise, on draguait autant dans la dernière rame que ce qu’il avait entendu et il y avait plus d’action qu’il ne l’avait imaginé.

Voici quelques images du livre The Last Car, par David Graham:

Related Stories

Le #HornetGuy de la semaine, Jose, adore le monde de la nuit... mais préfère cuisiner et se détendre
Ils plaident coupable de relation sexuelle dans le métro londonien
Paul Burrell, le majordome de la princesse Diana fait son coming out gay et va épouser son compagnon
Nice matin dénonce les commentaires "dégueulasses" sous ses photos de mariés
Quantcast