Ursula von der Leyen prend position sur les questions LGBT

Ursula von der Leyen prend position sur les questions LGBT

Be first to like this.

Ces quelques phrases ne sont pas passées inaperçues. Alors qu’on ne l’avait pas beaucoup entendue jusqu’ici sur le sujet, la présidente de la commission Européenne, Ursula von der Leyen s’est engagée hier 16 septembre sur les questions LGBT.

Dans son premier discours sur « l’état de l’Union », Ursula von der Leyen a qualifié les « zones anti-LGBT » polonaises de « zones sans humanité ». « Etre soi-même n’est pas une question d’idéologie. C’est votre identité. Et nul ne pourra jamais vous la retirer », a-t-elle ajouté.

Créées début 2019 les désormais célèbres zones « sans idéologie LGBT » se comptent désormais par dizaines en Pologne. Elles sont notamment encouragées par le très homophobe président Andrzej Duda, du parti Droit et Justice (Pis), réélu cet été.

« Afin de veiller à ce que nous soutenions l’ensemble de la communauté, la Commission proposera bientôt une stratégie visant à renforcer les droits des LGBTQI, a poursuivi Ursula von der Leyen.

Dans ce cadre, je plaiderai également en faveur de la reconnaissance mutuelle des relations familiales dans l’UE. Si vous êtes parent dans un pays, vous êtes parent dans tous les pays. »

« Nous avons besoin d’actes »

« Votre analyse est juste. Mais ce dont nous avons besoin, c’est d’action, Madame la Présidente. Le temps des mots est terminé. Nous avons besoin d’actes. », lui a répondu sur Twitter la députée européenne allemande Terry Reintke, co-présidente de l’Intergroupe LGBTI au Parlement Européen.

 

Les militants LGBT ne disent pas autre chose. Dans une vidéo publiée sur Twitter hier avant le discours d’Ursula von der Leyen, le militant belge Remy Bonny avait dénoncé le silence de la toute nouvelle Commission Européenne sur les questions LGBT:

« Lors du Stonewall Polonais, votre Commission est restée silencieuse. Lorsque des mesures transphobes ont été votées en Hongrie, votre Commission est restée silencieuse. Les personnes LGBTI se sentent abandonnées par l’Union européenne. Et pour être honnête, les déclarations ne nous suffisent plus. Nous voulons des actes. »

Après ces paroles fortes, la Commission sera désormais attendue sur la mise en oeuvre de cette stratégie sur les questions LGBT.

Photo: Etienne Ansotte/Commission Européenne

Quantcast