Vendée: Le parquet ouvre une enquête après le saccage d’un stand du Centre LGBT

Vendée: Le parquet ouvre une enquête après le saccage d’un stand du Centre LGBT

Be first to like this.

Samedi 18 mai, le stand du Centre LGBT de Vendée lors d’un événement à La Roche sur Yon a été vandalisé par une dizaine de jeunes sympathisants de la Manif pour tous. Ces derniers ont renversé du matériel et bousculé des militants au cri de « Homofolie [sic], ça suffit ».

Les faits sont documentés par plusieurs vidéos. En voici deux exemples:

Selon Têtu, qui cite la présidente du Centre LGBT de Vendée: « deux personnes ont reçu huit et dix jours d’ITT suite à ces altercations ».

Le Centre a déposé plainte. Et le Parquet a de son côté ouvert une enquête. Les faits ont été très largement condamnés. D’abord par le  maire (LR) de La Roche sur Yon. « Je condamne fermement ces agissements imbéciles, sectaires et régressifs. Je les ai vus écumants de haine et malveillants face à des personnes qui n’avaient pour tout comportement que de présenter ce qu’ils sont avec la volonté de communiquer paisiblement pour que les agressions à leur encontre cessent . », écrit-il sur Facebook

Même le très anti-droits LGBT sénateur LR Bruno Retailleau, pourtant proche de la Manif pour tous, y est allé de sa condamnation:

Même topo pour Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, qui a dénoncé au passage des vandales « proches de hauts responsables politiques qui appartiennent au parti Les Républicains »

Certains des agresseurs ont été reconnus comme des étudiants de l’Institut catholique d’études supérieures de Vendée de La Roche-sur-Yon (ICES), qui s’est désolidarisé des actions de ses élèves, tout comme la Manif pour tous.

Les vandales devraient donc goûter assez rapidement à l’effet boomerang.

Quantcast