Chinese Grindr users teaser
Chinese Grindr users teaser

Transmission des infos sur le statut sérologique: Aides appelle au boycott de Grindr

Grindr se retrouve dans la tourmente. Buzzfeed a en effet révélé que l’appli de drague transmettait des informations personnelles, y compris le statut sérologique, de ses inscrits à des entreprises tierces. En colère, l’association Aides appelle au boycott.

Selon Buzzfeed, les données en question sont transmises aux sociétés Apptimize et Localytics, qui selon Grindr — qui reconnaît les faits — sont des entreprises qui les aident à optimiser l’application.

Dans un communiqué, Scott Chen de Grindr a défendu cette pratique, en rejetant la responsabilité sur le dos des utilisateurs: « Il est clair dans notre politique de confidentialité que si vous choisissez d’inclure cette information sur votre profile, cela devient une information publique. Par conséquent, vous devriez faire attention à ce que vous mettez sur votre profil. »

C’est cela qui a provoqué la colère de nombreux usagers et d’associations comme Aides, qui appelle à boycotter l’appli.

« Cela fait des années que nous voyons nos comptes dédiés à la prévention régulièrement supprimés par l’application, et nous devons négocier bannière après bannière l’insertion de nos messages de prévention à destination des utilisateurs. », rappelle l’association française dans un communiqué, avant d’ajouter, avec des mots très durs:

« Il ne s’agit pas pour nous d’appeler à une règlementation des applications de rencontre qui serait de toute façon inefficace. En revanche, les entreprises qui font leur beurre sur la sexualité de leurs clients se doivent a minima d’être exemplaires. Exemplaires sur la protection des données de leurs clients ET sur les enjeux évidents de prévention et de santé publique. »

Des pratiques qui n’ont pas cours à Hornet

De son côté Hornet affirme dans un communiqué que de telle pratiques n’ont pas cours dans l’entreprise. Pour le co-fondateur et Président de Hornet Sean Howell: « Construire un produit pour la communauté gay devrait signifier qu’on travaille pour améliorer la vie des membres de la communauté et les protéger. Qu’une entreprise dont le but est de servir les personnes LGBTQ s’engage vers plus de sécurité des personnes et des données, au lieu de se concentrer sur le profit, devrait être la moindre des attentes. »

Hornet rappelle au passage que Grindr n’appartient plus à des personnes LGBT, mais à la société de jeux vidéos chinoise Kunlun, « ostensiblement hétérosexuelle ».

Sous pression, Grindr a fini par corriger sa position, affirme le site Axios, qui s’est entretenu avec le chef de la sécurité de l’appli, Bryce Case. Ce dernier confirme que le statut sérologique des utilisateurs ne sera plus transmis aux deux entreprises tierces concernées et veut jouer l’apaisement.