Conférence sur le VIH: après les zaps anti-labos, les activistes lancent le Bad Pharma Tour… et ça marche!

C’est l’action qui aura connu le plus de succès durant la conférence mondiale sur le sida, qui vient de s’achever à Amsterdam après 5 jours de sessions parfois intenses. A 13 heures, tous les jours, les activistes de très nombreuses associations (dont ITPC, TAC, StopAids, Spotlight) réunis dans le Global Village sous la bannière du Treatment Networking démarraient leur Bad Pharma Tour. Une visite guidée haute en couleurs des stands des laboratoires, installés dans l’immense hall d’exposition.

L’envers du décor

Pendant plus d’une heure, les participants au Bad Pharma Tour allaient à la découverte du monde pas toujours merveilleux des laboratoires. Leurs guides se faisaient fort de présenter l’envers du décor. Et en particulier les profits parfois gigantesques que les laboratoires continuent d’engranger sur les médicaments anti-VIH et anti-VHC.

Sur le stand de Gilead, le guide a annoncé le montant vertigineux des profits accumulés par ce laboratoire américain l’an dernier. Après vérification sur le site du laboratoire, celui-ci est astronomique: plus de 4,6 milliards de dolllars en 2017. A titre de comparaison, le budget annuel dépensé par le Fonds mondial contre le sida est de moins de 4 milliards, pour l’ensemble de la planète.

Le rituel du Big Pharma Tour est toujours le même: les activistes s’installent sur le stand d’un labo, lancent des gélules contenant des paillettes et présentent les griefs qu’ils ont contre tel ou tel labo. L’effet de surprise est total car chaque jour, le tour change d’itinéraire et on ne sait jamais quel labo va être ciblé ni quand.

Une gélule à paillettes du Big Pharma Tour – Photo Christophe Martet

Le Bad Pharma Tour est aussi passé sur le stand France

Certains pays faisaient même partie de l’itinéraire de ce tour. Jeudi 26 juillet, les activistes se sont arrêtés longuement entre le stand de la France et celui de l’Allemagne, pour expliquer que les accords passés entre ces pays et des pays en développement entravaient les possibilités d’accès aux médicaments. Pour plus d’infos sur la campagne pour rendre plus accessible les traitements, visitez le site de Make Medicines Affordable. 

Le Bad Pharma Tour devant le stand France – Photo Christophe Martet

Une appli pour comprendre

Les militant.e.s ne manquent pas non plus de ressources et une appli a été conçue pour informer sur la réalité de la stratégie des laboratoires. Cette appli restera disponible après la conférence, pour alerter les utilisateurs sur une action ou un évènement dans leur ville. L’appli a été développée pour faire comprendre les problèmes qui affectent l’accès au traitement et en particulier les extensions de brevet. Vous connaissiez le pinkwashing? Le name and shame? Mais savez-vous ce qu’est le evergreen? C’est une stratégie utilisée par les laboratoires pour prolonger la durée de vie de leur monopole sur un médicament et donc leurs profits. L’exemple le plus récent est celui de Truvada, qui a vu sa licence d’exploitation prolongée en Europe… avant que la Cour européenne déclare cette extension illégale.

Une vidéo explique le principe de l’appli (en anglais):

La prochaine grande conférence mondiale sur le sida aura lieu dans deux ans à San Francisco et Oakland.

Comments are closed.