Une balade LGBT dans les cimetières parisiens (3/3): Le cimetière du Montparnasse

L’histoire est partout dans Paris, et l’histoire LGBTI notamment se croise au fil des quartiers et des rues, des plaques posées sur les immeubles et des souvenirs des lieux de rencontres. Mais c’est sans doute dans les allées des cimetières parisiens que se concentre la plus grande part de notre mémoire, celle des artistes gays et lesbiennes, des héros, des icônes, des martyrs aussi, de Proust à Dalida, d’Oscar Wilde aux victimes du sida. Visite très orientée de ces lieux de mémoire…

Etape 3 : MONTPARNASSE, RIVE GAUCHE

S’il n’a pas le charme un peu fané du Père Lachaise, le très vaste et rectiligne cimetière Montparnasse est presque aussi riche en célébrités de tous ordres. Pénétrez dans le grand et très rectiligne cimetière Montparnasse par l’entrée située boulevard Edgar-Quinet. Prenez l’avenue du Boulevard tout de suite à gauche. C’est là que vous trouverez la tombe de celle qui inventa le féminisme moderne à travers son livre Le Deuxième sexe, Simone de Beauvoir, tombe qu’elle partage avec son amant, le philosophe Jean-Paul Sartre. Au bout de cette allée, empruntez l’avenue de l’Ouest qui vous fera longer le tombeau de Baudelaire, mais aussi la tombe du très médiatique président de l’association Aides que fut Arnaud Marty-Lavauzelle, ou celle de l’actrice féministe Delphine Seyrig, inoubliabliable Fée des Lilas du film Peau d’Âne d’un autre locataire de ce cimetière, Jacques Demy.

Tombe Jacques Demy – Photo: Wikinade

Un peu plus loin, l’avenue Transversale vous conduit au rond-point central. A ses abords immédiats (1ere division), vous verrez notamment la tombe de Serge Gainsbourg, mais aussi (3eme division), celle du bien oublié mais très brillant réalisateur homosexuel des années 1920-1940, Marcel L’Herbier. Un peu plus loin sur la transversale, prenez à gauche l’allée Chauveau-Lagarde où est enterrée la romancière et militante féministe et lesbienne américaine Susan Sontag, autrice notamment de l’essai Notes on Camp, en 1964. Revenez par l’allée Lenoir jusqu’à l’avenue principale, contournez la statue du Génie Eternel érigée sur le rond-point, et allez jusqu’à l’allée Raffet. Vous pourrez vous recueillir, sur votre droite, sur la tombe du père des Demoiselles de Rochefort, le réalisateur Jacques Demy, mort du sida en 1990. Reprenez cette même allée dans l’autre sens jusqu’à l’avenue de l’Est. Quasiment au croisement, se trouve la tombe du comédien et chanteur Jean-Claude Pascal, dont la réputation de séducteur de dames dans les années 1950-1960 dissimulait son homosexualité. Un autre chanteur de charme à l’homosexualité secrète est également enterré à Montparnasse, le crooner français Jean Sablon, qui repose au cœur de la 6eme division en compagnie de sa famille et… de son amant.

LIRE AUSSI |  Une balade LGBT dans les cimetières parisiens (1/3): Le Père Lachaise et le Cimetière de Charonne

Si vous êtes passionné d’histoire, n’hésitez pas à passer dans la seconde partie du cimetière (située de l’autre côté de la rue Emile Richard) pour aller rendre hommage au capitaine Alfred Dreyfus, le héros de l’affaire d’antisémitisme d’Etat qui porte son nom à la fin du XIXè siècle. C’est dans cette même partie du cimetière (29e division) que repose le sulfureux romancier Guillaume Dustan, au centre de multiples polémiques dans les années 1990 en raison de ses positions sur le bareback. Revenez à l’entrée principale en suivant l’avenue de l’Est puis l’avenue du Boulevard, ce qui vous permettra, avant de quitter ce lieu où reposent tant de noms célèbres (Samuel Beckett, Maupassant, Gérard Oury et Michèle Morgan, Maurice Pialat, André Citroën, Philippe Noiret, Jean Seberg, Sartre…), de saluer (18ème division) la tombe du journaliste Yves Mourousi, icônique et flamboyant présentateur du journal de 13h dans les années 70-80, qui dissimula toute sa vie son homosexualité au grand public toute en s’affichant dans toutes les soirées gay de la capitale. Plus loin, au bord de l’avenue, ne quittez pas le cimetière sans vous incliner devant le tombeau de l’écrivaine Marguerite Duras : l’autrice de Barrage contre le Pacifique ou de La Douleur partage sa dernière demeure avec son dernier compagnon, l’écrivain homosexuel Yann Andréa.

LIRE AUSSI Une balade LGBT dans les cimetières parisiens (2/3): Les cimetières de Montmartre