Les beaux mecs gays de Bogotá, « la ville la plus gay-friendly d’Amérique Latine »

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

Malgré une homophobie persistante, beaucoup de villes d’Amérique du Sud possèdent une vie gay trépidante, parmi lesquelles Bogotá, la capitale de Colombie. C’est pour cette raison que  Elska (lien NSFW), le bimensuel de photo, culture et voyage, a dédié son dernier numéro à la ville. Ce numéro inclut des articles de 17 mecs locaux, ainsi que des photos incroyablement sexy d’entre eux.

Elska est « pour moitié un mag de pin-ups queer intello et pour moitié un journal d’anthropologie sexy » qui s’intéresse à une ville du monde tous les deux mois. Par le passé, ils ont couvert Yokohama au Japon, Istanbul en Turquie et Taipei à Taiwan.

Toutefois, le rédacteur en chef Liam Campbell affirme à Hornet: « Il nous a fallu 14 numéros pour arriver en Amérique Latine, donc il fallait vraiment qu’on y soit. »

LIRE AUSSI | Regardez ces 12 photos intimes d’hommes gays juifs et palestiniens vivant à Haifa en Israël

Pour le rédacteur en chef, ne retenir qu’une seule ville en Amérique du Sud n’a pas été simple. Des lecteurs ont suggéré São Paulo, Mexico City, Buenos Aires, Santiago, La Havana ou San Juan, mais après quelques recherches il est apparu que Bogotá était « l’endroit le plus gay d’Amérique Latine ».

« On peut s’y marier, il y a des lois anti-discriminations spécifiques, il y a une grande communauté et sans doute le plus grand club gay du monde, le Theatron », selon Liam Campbell.

Here are some shots from the Elska Bogotá issue:

Le numéro spécial Bogotá de Elska a suscité plus d’intérêt auprès des locaux pour y participer que dans n’importe quelle autre ville. « C’était très flatteur et cela nous a aussi montré que nos craintes d’une société macho ultra-traditionnelle étaient largement à côté de la plaque », affirme Liam Campbell.

Il ajoute que la plupart des mecs voulaient enlever leurs vêtements pour le photoshoot. Le magazine leur donne toujours le choix. « A Bogotá, presque tous voulaient retirer leurs habits. Je prends ça comme un signe d’ouverture d’esprit », précise Liam Campbell.

En plus des photos sexy, le magazine propos des histoires sur un homme qui se construit une nouvelle vie après avoir fui le Venezuela, un mannequin qui évoque sa dépression et un autre qui parle de son passé de travailleur du sexe.

« Elska offre toujours une lecture très intime. Mais c’est peut-être notre numéro le plus intime de tous. », estime son rédacteur en chef.

Vous pouvez acheter le magazine ici

Vous pouvez aussi les suivre sur  Facebook, Twitter et Instagram.