Les initiés the wound inxeba
Les initiés the wound inxeba

Menaces de mort, interdiction aux moins de 18 ans: en Afrique du Sud, le film « Les initiés » fait scandale

C’était relativement attendu: le film Les initiés (« Inxeba (The wound) », en VO) fait bel et bien scandale en Afrique du Sud, depuis sa sortie, début février.

Le film, sorti en avril 2017 en France, traite de l’initiation des jeunes garçons de l’ethnie Xhosa en Afrique du Sud. Comme chaque année, et pour se faire de l’argent, Xolani (interprété par le chanteur/comédien Nakhane), ouvrier agricole, participe aux cérémonies rituelles d’initiation dans les montagnes du Cap oriental.. On lui confie un jeune d’une famille aisé, venu de Johannesburg et qui va provoquer en Xolani la nécessité de s’interroger sur ses désirs.

Un film fort et émouvant. Mais dérangeant en Afrique du Sud. Les rites d’initiation des Xhosa sont sacrés et censés être strictement confidentiels. Nelson Mandela, lui-même Xhosa, en avait pourtant parlé dans son autobiographie. Mais le fait que le personnage principal soit gay, interprété par un acteur ouvertement gay et également Xhosa ne passe pas.

Sur les réseaux sociaux, Nakhane (que nous avons interviewé il y a quelques mois pour la sortie de son nouvel EP) fait régulièrement part des menaces de mort qu’il reçoit depuis des mois, soit bien avant la sortie du film.

Censure

Hier, le film a été interdit au moins de 18 ans. Une mesure coercitive, qui restreint la diffusion du films aux salles pour adultes. Autant dire une censure. Les producteurs du film ont indiqué qu’ils entendaient contester cette décision.

Nous avions interviewé le réalisateur du film au moment de sa sortie en France. Il s’attendait à la tempête qui s’abat sur Les initiés: « Je pense que les réactions seront fortes, nous déclarait-il. Le film a déjà ses partisans et un fort contingent critique. Les traditionalistes estiment qu’il ne devrait pas y avoir de film sur ce rituel. »

Nakhane, qui a obtenu plusieurs récompenses pour son rôle, a posté une réponse chargée d’émotion. Evoquant le moment où il a appris l’interdiction du film:

« Je me suis revu enfant, moqué parce que j’étais efféminé. Ayant peur pour ma vie chaque fois que je passais devant des hommes hétéros, parce que je ne savais pas de quoi ils étaient capables. Ils me détestaient. Ils nous détestaient, à moins que nous ne les fassions rire. A moins que les coiffions ou que nous les fassions se sentir bien vis à vis d’eux-mêmes. J’ai grandi, toujours en ayant peur, mais en refusant de cacher ce que je suis. (…) Je suis un Xhosa et je ne sais pas quoi faire avec ce que j’aime, mais qui ne m’aime pas. Alors retirez nous de vos cinémas, arrachez nos photos/affiches des murs. Mais nous n’irons nulle part. Ne serons toujours là, même si vous pensez que vous avez gagné. »

Nathan sort son deuxième album, I will not die (BMG) le 16 mars. Le 29, il sera en concert à Paris, au Café de la Danse.

Photo par Pyramide Distribution