« En Cuatro », un court-métrage sur la sensualité et la sexualité gay latino

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

« En tant qu’immigré mexicain [aux Etats-Unis], je trouve frustrant d’avoir à creuser autant pour trouver des histoires sur les people of color queer », affirme le brillant réalisateur queer Leo Herrera.

Herrera a travaillé sur le Fathers Project un film surréaliste et sexy sur ce que serait devenu le monde si nous n’avions pas perdu une génération entière avec le sida. Donc quand nous avons voulu créer une film sur la sexualité queer latino, c’est la première personne à qui nous avons pensé.

Bien que les films de Leo Herrera se soient penchés sur des sujets comme le sexe gay, le VIH et la PrEP, les représentations de sexualité latino ne tournent trop souvent qu’autour du VIH et du safe sex. Pour le film En Cuatro, nous voulions créer une histoire qui n’évoquerait pas la maladie, amis plutôt tous les éléments excitants de la sexualité gay latino. Nous avons discuté avec Herrera de la conception du film de sexualité et de l’impact culturel des telenovelas (les soap operas latino-américains).

Voici En Cuatro, le film de Leo Herrera:

Hornet: Qu’a signifié le fait de faire ce film pour toi?

En Cuatro est un Valentin pour la sensualité latino, pour le lien qui unit tous les hommes de couleur, quel que soit notre background ou quelle que soit la manière dont nous exprimons notre sexe et notre genre. Les hommes latinos ont rarement l’opportunité de voir leur sexualité en dehors des campagnes de safe sex et de la fétichisation de nos corps dans le porno. Dans cet environnement américain, peu importe si tu es un immigré mexicain ou un portoricain du Queens, on est tous logés à la même enseigne.

En tant que réalisateur immigré mexicain, ce film est un petit pas vers la confrontation de mes propres homophobie, racisme et coloriste intériorisés. En Cuatro rend hommage aux telenovelas avec lesquelles j’ai grandies, les scène d’amour où les censeurs ont joué avec les limites pendant que nos abuelitas (grand-mères) et nos mères regardaient. Pourtant, en tant que garçons gays, nous n’étions jamais représentés, et en grandissant, une grosse part de notre histoire gay est dominées par les récits d’hommes blancs.

En tant qu’artiste ayant la trentaine, il est crucial pour moi d’aider à briser ce schéma aux côtés de la communauté globale d’artistes de peformers, historiens et professionnels Latinx, y compris les quatre qui figurent dans le film.

Tu décris ce projet comme un « Valentin à la communauté latino ». Qu’est ce que ça veut dire?

L’inclusivité est si important dans tous mes autres travaux, c’était une joie de créer quelque chose spécifiquement pour ma communauté Latinx. Non seulement, j’ai pu montrer quelques uns de mes performers et collègues préférés, mais aussi créer quelque chose dans l’esprit des scènes de sexe torrides des telenovelas que je regardais avec ma mère et et mes tantes, avec en bande sonore une chanson de l’âge d’or du cinéma mexicain.

Comment vis-tu l’intersection de tes identités gay et latino?

Tant de gays latinx sont forcés d’abandonner notre héritage, nos villes d’origines et parfois même nos familles étendues. Cette culture est quelque chose que nous devons activement chercher une fois que nous avons grandi, un sujet qui a été abordé dans les interviews du film.

C’est un voyage que font la plupart des latinx, mais au final tu en arrives à soit être fier de tes racines soit à t’en débarrasser totalement. Je ne juge pas ces choix, mais je suis très heureux et fier d’avoir une connection à ma culture qui n’a fait que se renforcer au fil de l’âge.

En Cuatro 04
Une image de En Cuatro

Comment ta sexualité gay latino a-t-elle influencé tes films?

La passion dont les mecs parlent dans le film — et ce style à la telenovela de filmer les scènes de sexe, en essayant de repousser les limites tout en restant autorisés au plus de 13 ans — est quelque chose qui traverse toutes mes oeuvres. Je suis éperdument romantique et optimiste, je parle fort et j’en fais des tonnes (surtout après quelques tequilas) et ce sont des traits de caractères en général associé avec mon peuple et qu’on retrouve dans mes films.

Comment as-tu équilibré sexe et sexualité pendant ce film?

Tout a été une question d’alchimie, en associant des performers avec une personne avec qui ils seraient à l’aise et en les laissant interagir l’un avec l’autre (après quelques verres, bien sûr). Je me suis presque senti voyeur parfois tellement ils étaient naturels les uns avec les autres.

Bien que j’aie déjà filmé des scènes porno, je trouve que ce qu’on ne montre pas est beaucoup plus intéressant. Il y a eu beaucoup d’érections sur le plateau, mais il est beaucoup plus sexy de les garder pour moi.

Qu’espérais tu dire à propos de l’expérience gay latino avec ce film?

Je voulais rendre hommage au stéréotype du « latino passionné ». Parfois, les stéréotypes sont ancrés dans une part de réalité et les revendiquer peut être une source de pouvoir, en particulier quand dans les médias mainstream et hétéros on vous décrit soit comme des victimes ou des « bad hombres » [référence à des propos de Trump]. Je voulais mettre en avant à quel point ces hommes peuvent être passionnés, mais aussi combien je peux être passionné avec une caméra et au montage, avec un dispositif simple et élégant qui nous permet de créer des étincelles.

En Cuatro 03
Une autre image de En Cuatro

Quels éléments culturels ont-ils influences ta sexualité?

Je revendique mon héritage latino dans mon travail et encore plus dans ma vie personnelle. Il peut y avoir beaucoup de pression pour pousser les latinx à être presque militants de notre culture, de constamment prouver à quel point ils sont « de couleur ».

En ce qui me concerne, je parle espagnol, j’ai grandi en étant un immigrant sans éducation, j’ai nettoyé des maisons avec ma mère en étant ado, donc je n’ai rien à prouver. Cela dit, je suis souvent rendu compte que je n’avais pas conscience de mon assimilation, et que parfois, les récits d’hommes blancs dominaient mon travail, et mes vies personnelle et sexuelle.

En vieillissant, j’apprends à aimer la beauté des mecs latinos et où je suis en intersectionnalité avec eux. Par exemple, si je passe du temps avec un garçon de Porto Rico, même si je suis du Mexique, il y aurait une tonne de similitudes que je n’aurai pas avec d’autres hommes.

Cela a été une progression naturelle et merveilleuse et c’est ce qui a fait que ce film est arrivé au bon moment: alors que je tombe amoureux de ma propre couleur de peau et de la couleur des autres hommes, j’ai pu les filmer et mettre toute cette affection et cette sexualité dans un court-métrage.