libérez moussa
libérez moussa

Expulsion de Moussa: Jugement repoussé au 12 juin

Moussa, ce guinéen bisexuel bénévole à Aides Nîmes menacé d’expulsion vers son pays — qui criminalise les relations sexuelles entre personnes de même sexe, était jugé en comparution immédiate hier. Il avait refusé d’embarquer à bord de l’avion qui devait le ramener en Guinée.

Selon le responsable communication de Aides, son jugement a été repoussé au 12 juin. En attendant il reste en détention provisoire. Il peut donc toujours être expulsé.

Ce report a été demandé par l’avocate de Moussa, qui se nomme Fodé-Moussa Camara, comme le rapporte Libération. L’objectif est d’obtenir que la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) réexamine son cas. La CNDA est la juridiction qui examine les recours formés contre les décisions de l’OFPRA, l’organisme chargé de traiter les demandes d’asile.

De nombreuses personnalités politiques de gauche ont apporté leur soutien à l’acrobate guinéen: Anne Hidalgo, Olivier Faure, Pierre Laurent.

La députée ouvertement lesbienne Laurence Vanceunbrock-Mialon (LREM) a en revanche refusé de le faire, estimant que « Moussa n’est pas gay ». Une déclaration qui a laissé sceptique les militants de Aides, comme l’explique Komitid. « Nous faisons confiance aux militants de Aides sur place, qui connaissent Moussa depuis trois ans », ajoute Antoine Henry, responsable communication de Aides.

Selon le journaliste Paul Aveline, de Buzzfeed, Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, n’interviendra pas, car ses équipes estiment que l’histoire de Moussa n’est « pas vérifiée et pas vérifiable ».

En attendant le 12 juin, Aides appelle à continuer à la mobilisation.

Photo: Rassemblement en soutien de Moussa, place de la République à Paris, par Xavier Héraud