En Norvège, les jeunes hommes font des stocks de Viagra, au péril de leur santé

This post is also available in: English Español Português Русский ไทย Türkçe

Apparemment, ce sont les jeunes hommes de 15 à 29 ans qui seraient responsables de la très forte hausse du nombre de prescriptions pour des médicaments contre les troubles de l’érection (comme le Viagra) en Norvège. Mais pourquoi les jeunes Norvégiens ont-ils de plus en plus souvent recours au Viagra ? Après tout, les troubles de l’érection ne sont-ils pas beaucoup plus fréquents chez les hommes âgés ? Tentatives d’explication.

Selon la chaîne publique norvégienne NRK, en dix ans (2006-2016), les prescriptions de médicaments visant à réduire les troubles de l’érection ont augmenté de 94% chez les hommes de 15 à 19 ans, de 88% chez ceux de 20 à 24 ans et de 52% chez ceux de 25 à 29 ans.

Steinar Madsen, le directeur de l’Agence du médicament norvégienne, voit cette hausse comme un bon signe . « Les troubles de l’érection frappent des hommes de tout âge. Chez les jeunes, cela peut être dû à des problèmes au niveau des nerfs, au diabète, à des malformations, à des traitements ou à des troubles hormonaux. Ces chiffrent montrent simplement que de plus en plus d’hommes soignent ces problèmes« , estime-t-il.

Mais Petter Brelin, président de l’association des médecins généralistes norvégiens, n’est pas de son avis. Pour lui, « les jeunes hommes n’ont normalement pas besoin de tels médicaments« . Pour l’andrologue Kenneth Purvis, il faut chercher une explication du côté de la pornographie toujours plus accessible et de la pression sociale à faire l’amour.

Petter Brelin estime que les médicaments traitant des troubles de l’érection peuvent être prescrit aux jeunes hommes de façon temporaire, « pour regonfler leur estime d’eux-mêmes« . Mais Kenneth Purvis s’inquiète que certains jeunes hommes puissent devenir psychologiquement accros à ces médicaments et fonder sur eux des attentes irréalistes.

Norway Viagra 03

Une étude publiée en juin 2011 et menée auprès de 1944 étudiants de 497 universités et écoles américaines montrait que 11,1% des hommes gays, 2,9% des hommes hétéros et 4% des hommes bisexuels avaient déjà eu recours à ces pilules en automédication (c’est-à-dire sans qu’un diagnostic de trouble de l’érection soit établi par un médecin). Cette même étude observait un lien entre cette automédication et un usage de drogue plus fréquent et un nombre plus élevé de rapports sexuels non-protégés et de partenaires sexuels.

L’automédication n’est pas sans risque pour la santé. Environ 61% de ceux qui la pratiquent ignorent quelle dose ils prennent. Cela peut conduire à des surdoses, à des érections douloureuses et à des séquelles permanentes si l’érection dure des heures.

Et dans la mesure où le Viagra (et les autres médicaments contre les troubles de l’érection) détend les vaisseaux sanguins, les médecins déconseillent d’en prendre avec du nitrite d’amyle (plus connu sous le nom de poppers), qui peut faire chuter brutalement la pression sanguine et provoquer ainsi des évanouissements ou des crises cardiaques.

 

Que pensez-vous de l’augmentation de l’usage du Viagra chez les jeunes Norvégiens ? Laissez-nous vos impressions en commentaires !