Tout ce que vous devez savoir sur le traitement comme prévention (Tasp) sans avoir osé le demander

Tout ce que vous devez savoir sur le traitement comme prévention (Tasp) sans avoir osé le demander

Be first to like this.

Vous avez peut-être déjà entendu ce slogan : “Indétectable = intransmissible”, ou son équivalent anglais “Undetectable = untransmissible” (et son acronyme U = U). Cela signifie qu’une personne séropositive traitée ne peut plus transmettre le VIH. C’est la thèse qui a été présentée en 2008 par des médecins suisses, que l’on a retenue sous le nom de « avis suisse ». et Cela a été confirmé par des essais et des études ensuite, notamment les études PARTNER 1 et 2. Ces dernières ont suivi des centaines de couples sérodifférents qui avaient des rapports sexuels sans préservatifs pendant des mois. Il y a eu 0 contamination. Ces études ont donc ont démontré qu’« avec une charge virale indétectable, le risque de transmission est nul ». Mais en pratique, cela veut dire quoi?

Explications en quatre questions et réponses.

A partir du quant une personne séropositive est-elle sûr de ne plus transmettre le VIH? 

Avant d’aborder la question du traitement comme prévention, rappelons une évidence : lorsqu’elle utilise un préservatif ou lorsque son partenaire est sous PrEP, une personne séropositive ne peut pas transmettre le virus.
Pour que le traitement fonctionne comme un moyen de prévention — et donc qu’il n’y ait pas de transmission même dans le cadre d’un rapport sans préservatif et sans PrEP —il faut que la personne ait ce qu’on appelle une “charge virale indétectable”, c’est à dire que la présence du virus dans son sang soit minimale.

La présence du virus dans le sang se mesure en “copies”. Il faut que le traitement ait été bien pris lors des 6 derniers mois et il faut que lors de la dernière prise de sang, la charge virale soit inférieure à 20 copies par millilitre de sang.

Dès lors, on dit que la charge virale est indétectable. Et il a été démontré que lorsque la charge virale est indétectable, la personne séropositive ne peut pas transmettre le virus.
C’est ce qu’on appelle le Traitement comme prévention (TASP, en anglais, pour Treatment as prevention).

Cela signifie-t-il qu’on peut avoir une relation sexuelle avec une personne séropositive sans préservatif et rester séronégatif ensuite?

Oui, c’est exactement ce que cela signifie.

Est-il sûr d’enlever aussi le préservatif dans le cadre d’une relation suivie où les deux partenaires n’ont pas le même statut sérologique?

Oui. Le Tasp protège le partenaire séronégatif à tout moment. Parce que la charge virale peut remonter, et que les autres IST peuvent faciliter la transmission du VIH, il est important autant pour le partenaire séropositif que le partenaire séronégatif de se faire suivre et dépister régulièrement.

Et les autres IST?

Le TasP protège du VIH, mais n’empêche pas la transmissions des autres IST. Si vous voulez une protection contre celles-ci, vous pouvez toujours utiliser un préservatif. Attention, certaines IST se transmettent aussi lors de fellations ou d’anulingus. Il est donc important de se faire dépister régulièrement. Et par régulièrement, on entend tous les trois mois.

Cet article est rédigé par Hornet dans le cadre d’une campagne de Santé publique France. Retrouvez toutes les infos sur la prévention sur http://sexosafe.fr/ 

Related Stories

Huit memes pour oublier vos préjugés sur la prévention
Faire des rencontres gays lorsqu'on est séropositif : les cinq questions qu'on me pose le plus souvent
U=U, parce que je le vih bien!
Parole de pro: Peut-on avoir des relations non-protégées avec un partenaire séropo sous traitement?
Quantcast