Une jeune danseuse trans et un ado efféminé: Découvrez le palmarès de la Queer Palm 2018

This post is also available in: English Español ไทย Türkçe

C’est une Sylvie Pialat très émue qui a annoncé la Queer Palm du long-métrage 2018 hier soir à l’A.M.E., le dernier étage du Five Seas Hotel. La présidente du jury de cette neuvième édition du prix LGBT cannois, productrice notamment de L’inconnu du lac, a remis la récompense au film Girl, du belge Lukas Dhont. Le réalisateur et Angelo Tijssens le co-scénariste de cette histoire d’une jeune fille trans qui rêve de devenir danseuse étoile ont rendu un hommage appuyé à leur acteur principal, Victor Polster, qui avait déjà reçu la veille le prix d’interprétation (non-genre) de la collection Un certain regard.

Girl succède à 120 bpm, Queer Palm 2017.

Voir la bande-annonce de Girl, de Lukas Dhont, Queer Palm 2018

La Queer Palm Hornet du court-métrage a de son côté été décernée au court brésilien O Orfão (The orphan), de Carolina Markovicz. C’est l’histoire d’un jeune orphelin adopté, puis « rendu » par ses parents adoptifs en raison de ses manières efféminées.

Pour la première fois cette année, les prix ont été assortis d’une sommes d’argent, 10 000 euros pour le long-métrage et 3 000 euros pour le court, avec le soutien de la société Titrafilms, spécialisée dans le sous-titrage.

En présence d’un Océan fraîchement auréolé de son coming-out d’homme trans ou de l’actrice Virginie Ledoyen, le fondateur et président de la Queer Palm — sponsorisée par Hornet, Franck Finance-Madureira a dit espérer que le Festival de Cannes reconnaîtrait officiellement le prix LGBT l’année prochaine pour sa prochaine édition.

Les photos de la cérémonie de la Queer Palm 2018

Photos par Xavier Héraud