Récap: Drag Race France, épisode 2: Les drag-kings, la reine fainéante et la « première drag-queen connue en France »

Récap: Drag Race France, épisode 2: Les drag-kings, la reine fainéante et la « première drag-queen connue en France »

Be first to like this.

Bonjour, bonjour, bonjour! Bienvenue dans ce deuxième récap des épisodes de Drag Race France.

L’émission débute avec le retour des reines à l’atelier, après l’élimination de La Kahena. Après chaque première élimination, la production de Drag Race diffuse toujours un confessionnal de queen disant: « je réalise que tout ça est réel et que des queens vont partir ». La tradition est respectée et c’est La Big Bertha qui s’y colle.

Lova Ladiva, survivante du premier lipsync efface le message de La Kahena, qui affirme notamment « Bertha + Soa : It’s yours ». La reine berbère ne parlait sans doute pas de l’épisode qui suit, comme on va le voir.

Mini-défi: Rock

Pour le mini-défi de ce deuxième épisode, les reines doivent faire un lipsync sur du rock. Le rock en question, c’est Le Brio, du groupe Big Soul.  Les plus jeunes participant.e.s connaissent-elles seulement ce titre sorti en 1995, soit il y a 27 ans?

Excellente surprise: des drag kings rejoignent l’atelier pour jouer le groupe. Il s’agit de Jésus la vidange, Juda la vidange et Chico. Sauf erreur de ma part, c’est la première fois que des Kings mettent les pieds sur un plateau de Drag Race.

Les reines ont 20 minutes pour se maquiller et s’habiller. Pour info, c’est comme si Cyril Lignac demandait à des pâtissiers de faire une bûche de noël revisitée façon Pâques en 20 minutes. Cela aurait peut-être un peu de goût, mais ne ressemblerait pas à grand chose.

Nicky Doll a donc beau jeu de s’exclamer « C’est Halloween avant l’heure! » lorsqu’elle voit les queens. Mais qui n’aime pas un bon look de drag-Halloween?

Pour ce qui est de la performance, on peut constater que toutes les reines n’ont pas forcément une culture rock très développée! On voit rarement par exemple un chanteur ou une chanteuse de rock faire un grand écart… (N’est-ce pas Lolita Banana!). La chute de La Briochée est en revanche plus proche d’une performance rock, bien qu’involontaire. Certaines reines nous envoient quand même des vibes à la Chicken Wings (le génial groupe de Robbie Turner, Kim Chi et Naomi Smalls dans le défi musical de la saison 8), comme La Big Bertha, Paloma ou Elips. Celle qui gagne pourtant, c’est La Grande Dame avec son look et son attitude de black metalleuse sur le retour.

Maxi-défi: Queen pour cent

Comme annoncé la semaine dernière, le maxi défi du jour est un challenge de comédie. Les candidates vont devoir jouer dans une parodie de la série Dix pour cent, intitulée Queen pour cent. Un bon choix, qui parlera aux spectateurs étrangers.

En confessionnal, Paloma et La Briochée nous fait savoir que c’est un défi où elles devraient assurer. Attention, l’histoire de Drag Race est remplie de candidates qui étaient censées « assurer » dans un défi et qui se sont plantées dans les grandes largeurs. En général, la production prend même un malin plaisir à montrer les passages où les queens se vantent pour mieux pouvoir montrer leur plantage ensuite. Sera-ce le cas pour Paloma et La Briochée?

Parce qu’elle a gagné le mini-défi, La Grande Dame a la possibilité de composer le casting. Elle décide d’attribuer les rôles par un « mini référendum ». C’est un peu confus, elle est peu perdue et nous aussi. Mais au final chacune semble à peu près ravie du rôle qui lui échoit. Comme quoi, la démocratie c’est toujours un peu le bordel, mais ça marche pas trop mal.

Pour les conseiller, les reines reçoivent la visite de l’inégalable Marianne James!  Paloma rappelle que Maria Ulrika von Glott, le personnage du spectacle L’Ultima Récital, avec lequel Marianne James s’est fait connaître, fut l’une des premières drag-queens en France.

Nicky Doll et Marianne James mettent en scène les reines. Le défi doit rappeler de mauvais souvenirs à l’animatrice de Drag Race France. C’est précisément sur un challenge de comédie (« Gay’s Anatomy ») qu’elle avait dû quitter la saison 12 de Drag Race US…

La Grande Dame incarne la directrice de l’agence. Elle choisit de faire un accent bourgeoise très caricatural, avec un phrasé haché. Les deux ne passent pas très bien auprès de Marianne James et Nicky Doll, qui lui demandent d’en faire moins. Conseil qu’elle a un peu de mal à suivre, manifestement. On peut la comprendre. Demander à une drag-queen d’en faire moins, n’est ce pas contre-nature?

Face à elle, Lova Ladiva fait… ce qu’elle peut. Pour Paloma, « Lova l’une des pires actrices que j’ai vues dans ma vie, mais ça fonctionne ». La reine de Clermont-Ferrand a hérité du rôle de l’une des agentes. Elle le fait avec l’aisance d’une pro, un peu plus en retenue que La Grande Dame, mais plus précise.

Les autres reines doivent incarner des candidates au rôle principal de La môme 2: le retour d’Edith. Ce sont à chaque fois des petits rôles, dont chacune s’acquitte avec plus ou moins de bonheur. Celle qui semble s’en sortir le mieux, c’est Lolita Banana. Une seule prise et c’est dans la boîte.

Après l’enregistrement du maxi-défi, Lova se montre très confiante. Un sentiment pas tout à fait partagé par le reste de ses collègues. Pour Paloma, la toulousaine, « c’est le bas du classement évident ». Mais si tu ne peux pas être contente de toi, comment vas-tu être contente pour les autres? Soutien à Lova (qui va en avoir besoin!).

« Je ne suis ni garçon ni fille »

Séquence discussions dans l’atelier. Pas de traumatisme ou d’histoire triste cette fois-ci. On discute de coming-out. Kam raconte qu’elle a toujours été soutenue par ses parents. Paloma se souvient de son coming-out. Lorsqu’elle a dit à sa mère « j’aime les garçons », celle-ci lui a répondu « je le sais depuis que tu as 4 ans ». La Briochée nous parle de son expérience et de ses deux coming-outs. Elle dit avoir compris qu’elle était trans avant de comprendre qu’elle aimait les hommes mais a pris peur.

Soa confie avoir songé à transitionner. Mais depuis deux ou trois ans, elle se dit: « je suis ni garçon, ni fille. Je ne suis pas non plus non genré. Le seul repère que j’ai, it’s myself ». Amen!

Elips résume le sentiment général: c’est bien beau ces discussions, mais il faut s’activer, on a un runway à préparer.

Défilé: Dites-le avec des fleurs

Pour le deuxième défilé de la saison, les reines doivent présenter une tenue avec une inspiration florale.

Soa de Muse ouvre le bal avec une référence à une plante tropicale, L’oiseau du paradis, « parce qu’elle est punk » — ce qui est assez vrai!

Kam Hugh nous donne sa version d’un grand classique des runways de Drag Race:  Marie Antoinette, cette fois-ci mixée avec des hortensias.  S’il y a des défauts à cette tenue, ils sont bien cachés.

La Big Bertha vient avec une petite robe noire d’enterrement. Elle sort un saucisson (bonne idée, un enterrement le ventre vide, c’est la double peine). Alors qu’on se demande où est la fleur là-dedans, elle se retourne et dans son dos est accrochée une couronne de fleurs, avec ce message: à mon Summer body.

Elips présente une extraterrestre qui serait tombée amoureuse des fleurs et donc aurait décidé d’en porter. C’est un concept!

La Briochée sort des sentiers battus en s’inspirant de la fleur carnivore de l’univers Mario. Ce n’est pas le look le plus « couture », mais on adore l’idée.

Lolita banana rend hommage à Frida Khalo. Lorsqu’elle ouvre sa jupe, des pétales de fleurs en jaillissent. Le jury en reste bouche bée, à l’exception de Nicky Doll qui commente « Holà. Pétale? Bien? ». Le jeu de mots le plus osé de la soirée.

Avec sa tenue rouge et ses ronces mauves, Paloma rend un bel hommage à Lady Oscar. Preuve qu’elle n’est définitivement pas qu’une comedy queen.

Lova Ladiva présente un look à mi-chemin entre la Cicciolina et Galadriel. Pourquoi pas, mais on ne voit pas trop l’inspiration florale.

La Grande Dame clôt ce défilé le look le plus original de la soirée:  « de la fleur géométrique, futuristique », commente-t-elle en voix off. C’est compliqué, mais c’est magnifique.

Le jury et les spectateurs visionnent maintenant Queen pour cent.

Le duo La Grande Dame, Paloma fonctionne très bien. Les critiques faites à la première semblent avoir porté leurs fruits: elle est assez drôle, surtout quand elle rit.

Les queens qui auditionnent pour le rôle d’Edith Piaf sont un peu inégales. Aucune n’est vraiment mauvaise, mais pour certaines la sauce prend mieux que pour d’autres. Les meilleures sont Elips, qui nous fait du Mime Marceau realness (on ne voit pas trop le rapport avec Edith Piaf, mais c’est bien fait) et surtout Lolita Banana, qui est hilarante. Qui eût cru qu’une drag-queen mexicaine serait la meilleure incarnation d’Edit Piaf? La Briochée n’est pas mal non plus Marion Cotillard possédée par Piaf. La Big Bertha est bien, mais un peu handicapée par son rôle qui lui impose de jouer en duo. Soa, de son côté, semble un peu moins à l’aise que d’habitude.

Lova Ladiva est… intéressante.

Quand les reines en prennent pour leur grade

Verdict: Kam Hugh, Elips et Ła Briochée sont safe. Les six autres sont soit devant, soit derrière pour reprendre la formule désormais consacrée.

On passe aux critiques. Qu’on se le dise: Marianne James, qui a fait les beaux jours de l’émission Nouvelle Star en tant que jurée, n’est pas venue pour ne passer que de la pommade dans le dos des candidates.

La première à en prendre pour son grade, c’est Soa de Muse. Marianne James lui reproche une « petite fainéantise », à la fois pour le défi et pour le défilé. Daphné lui emboîte le pas et lui dit qu’on en attend plus d’elle.

La Big Bertha est logée à la même enseigne. Daphné critique sévèrement ses chaussures et sa robe noire. Kiddy loue sa performance dans le défi mais l’inciter « pousser plus ses looks ».

Les juges se montrent  bien plus cléments avec Lolita. La reine mexicaine explique que sa robe faite par sa tante et a été utilisée pour la quinceañera de sa cousine. Le fait de penser à sa famille l’émeut et touche Marianne James et Nicky Doll.

Paloma reçoit les félicitations de Daphné Bürki pour sa tenue et celles de Marianne pour le défi. « La scène ne tient que grâce à toi », lui dit la juge invitée. La Big Bertha précise qu’en outre Paloma est allée donner des conseils à chacune des autres reines.

Lova Ladiva se fait étriller par Kiddy Smile. « Tu es drôle mais je ne suis pas sûr que ce soit volontaire. » T’inquiète Lova, plus d’une queen a construit sa carrière là-dessus (comme Alyssa Edwards, par exemple).

Pour finir, si La Grande Dame comptait ne recevoir que des louanges, elle en a été pour ses frais.  « Le seul truc qui t’a sauvé, c’est le montage », lui lance Marianne James, avant d’enfoncer le clou: « A chaque fois tu poses le pied quelque part, il se passe quelque chose. Je veux juste te dire une chose, on s’en tape que tu sois belle, on sait que tu es belle, maintenant tu as besoin d’aller bosser l’intériorité. »

Les jurés délibèrent et Nicky Doll annonce sa décision. La gagnante est… Paloma, qui reçoit une ovation des autres candidates. Lolita finit deuxième.

Le lipsync de ta vie

Les deux queens à devoir faire le lipsync sont Lova Ladiva et Soa de Muse, qui au passage se fait à nouveau traiter de fainéante! Le lispsync ne l’impressionne pas. « Let’s go », dit-elle.

La chanson de lipsync est un grand classique du drag français: Toutes les femmes de ta vie, des L5 [elle était en tête des chansons qu’on aimerait voir à Drag Race France]. Le langage corporel des deux reines laisse peu de place au suspense. Après avoir enlevé ses chaussures la semaine dernière, Lova enlève sa perruque, sans que cela ait beaucoup de sens. Soa assure sans se forcer et les autres reines sont prévenues: dans un lipsync face à elle, il faudra sortir le grand jeu ou rentrer à la maison. La fainéantise a ses limites.

Logiquement, Nicky Doll choisit la dyonisienne, qui estime avoir reçu un bon coup de pied au cul. Avant de partir, Lova se qualifie, un peu tristement, de « drag-queen d’avant ». Nicky la contredit. Elle est une drag d’aujourd’hui et demain, même si la tradition qu’elle représente est plus ancienne que celle de ses consoeurs.

Semaine prochaine: French ball. Le duel Kam Hugh – La Grande Dame promet d’être passionnant, à moins qu’il ne soit troublé par une modeuse surprise? Réponse au prochain épisode!

En attendant voici notre nouveau classement:

1/ Paloma

Incontestablement la meilleure côté comédie, des runways impeccables. Et elle est devenue la première queen de toute la franchise de Drag Race à citer Mylène Farmer en confessionnal. Le momentum est pour elle. Parviendra-t-elle à le garder?

2 / La Grande Dame

Malgré les critiques de Marianne James, La Grande Dame s’en est plutôt bien sortie côté comédie. Et pour ce qui est de la mode, elle semble la plus pointue de toutes. Avec le défi du ball, la « reine la plus suivie de France » devrait affirmer encore un peu plus son autorité. Mais le chemin ne sera pas terminé pour autant…

3/ Lolita Banana  

Après deux performances très solides et un deuxième runway très remarqué, Lolita montre qu’il va falloir compter avec elle dans cette compétition.

4/ Elips

Toujours discrète, la bordelaise était pourtant impeccable dans le défi de comédie, malgré un petit rôle. Ses runways sont plutôt nickels et on a pu constater qu’elle sait performer. Les autres candidates feraient bien de se méfier.

5/ Soa de Muse

Plus dure est la chute. Après avoir régné sur le premier épisode, Soa s’est pris un beau gadin cette semaine. Son lipsync prouve toutefois qu’elle a de la ressource et qu’on aurait tort de l’enterrer aussi vite que le summer body de La Big Bertha.

6/ Kam Hugh 

Après un talent show un peu raté, Kam Hugh est parvenue à limiter la casse dans le défi comédie. Avec le défi mode qui s’annonce, la parisienne devrait enfin pouvoir montrer toute l’étendue de son talent et remonter dans ce classement.

7/ La Big Bertha

Petit coup de mou pour La Big Bertha après un premier épisode où on ne voyait qu’elle. Mais il s’agit peut-être du temps nécessaire pour recharger le canon. Attention au coup suivant!

8/ La Briochée

La Briochée a réalisé de belles performances jusqu’ici, mais elle n’a pas encore eu LE moment qui lui permettrait de s’affirmer comme une candidate sérieuse à la victoire. Attention, elle ne serait pas la première à mettre un peu de temps à démarrer avant de tout balayer sur son passage ensuite…

 

Les récaps précédents:

Related Stories

"And just like that...": la suite de Sex and the city vaut-elle le coup?
Calendrier: les rugbymen toulousains de Tou'Win sont de retour avec l'édition 2022
LGBTphobies : Des crimes et délits LGBTphobes en hausse en 2021
Le footballeur australien Josh Cavallo fait son coming-out
Quantcast