Être trans n’est plus une maladie mentale pour l’Organisation mondiale de la santé

Être trans n’est plus une maladie mentale pour l’Organisation mondiale de la santé

Be first to like this.

C’est une journée historique pour les personnes trans. L’Organisation Mondiale de la Santé a annoncé qu’elle venait de sortir la transidentité de la liste de ses maladies mentales.

« La non-cohérence [« incongruence », en anglais] de genre a été transférée de la liste des troubles mentaux à celle de la santé sexuelle dans la Classification internationale des maladies. Bien qu’il soit désormais prouvé qu’il ne s’agit pas d’un trouble mental, et que la classifier ainsi peut entraîner une stigmatisation énorme pour les personnes trans, la transidentité implique des besoins en santé sexuelle qui peuvent être mieux prises en charges si elles restent dans cette seconde liste. », écrit l’OMS sur son site.

Pour l’Intergroupe LGBTI du Parlement Européen, il s’agit que « quelque chose qu’il faut fêter aujourd’hui »!

La députée européenne suédoise Soraya Post a de son côté félicité « tou.te.s les militant.e.s qui ont travaillé pour ce changement »

L’homosexualité avait quitté la Classification internationale des maladies en 1990.

LIRE AUSSI | Dépathologisation de la transidentité par l’OMS: les associations trans se veulent prudentes

Related Stories

Dépathologisation de la transidentité par l'OMS: les associations trans se veulent prudentes
L'addiction sexuelle est officiellement reconnue comme une maladie mentale, mais est-ce une bonne nouvelle ?
Voici pourquoi le monde célèbre la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie
Une étude suggère que l'homophobie de l'Eglise provoque dépressions et suicides chez les LGB
Quantcast