Valérie Pécresse
Valérie Pécresse

Valérie Pécresse accusée de récupération après le triomphe de 120 bpm aux Césars

Valérie Pécresse, président Les Républicains de la Région Ile de France n’est pas peu fière que le film 120 battements par minute ait remporté six Césars... et ce n’est pas du goût de tout le monde.

Présente à la cérémonie, l’élue a ensuite fait part de sa satisfaction sur Twitter.

Un tweet qui n’est pas bien passé auprès de tout le monde. Beaucoup ont tôt fait de lui rappeler son engagement auprès de la Manif pour tous lors des débats autour du mariage pour tous en 2012 et 2013 et de pointer la contradiction qu’il y avait là avec un film aussi engagé que 120 battements par minute.

« 120 récupérations par minute »

En juillet dernier, Mikaël Zenouda, ancien président d’Act Up-Paris, accusait déjà la président de la Région Ile de France de « 120 récupérations par minute ». La tribune rappelait que « Valérie Pécresse a été élue présidente du conseil régional d’Ile-de-France en assumant une alliance avec Sens Commun. Ce mouvement politique homophobe est de tous les combats contre les droits des personnes gaies, lesbiennes, bi et trans. » L’ancien président d’Act Up listait ensuite toute une série de mesures en contradiction flagrante avec les combats que porte l’association depuis sa création.

A l’époque, Valérie Pécresse s’était défendue et avait même écrit au réalisateur Robin Campillo, qui partageait les réserves d’Act Up-Paris.

Dans l’Obs, Valérie Pécresse assure donc en outre que c’est « à sa demande » que le film a obtenu la subvention.  Une affirmation qui fait bondir la conseillère régionale Ile de France Corrine Rufet (Ecolo): « Dites Valérie Pécresse pouvez-vous m’indiquer de quelle manière vous êtes « personnellement intervenue » pour soutenir 120 bpm ds la mesure ou vous ne siégez pas au comité de lecture composé d’élus comme moi et de professionnels 50/50, et que nous votons à bulletin secret ? », lance l’élue sur Twitter, avant de compléter son propos avec plusieurs autres tweets.

Interrogée ce matin sur France Inter, Valérie Pécresse ne s’est pas démontée et a maintenu être intervenue « personnellement » sur le dossier.

Photo © École polytechnique – J.Barande