Courage Bayonne

Victoire à Bayonne: les conférence d’accompagnement aux « personnes à tendance homosexuelles » reportées

La mobilisation a payé. Les conférences sur l’aide aux personnes « à tendance homosexuelle » organisées par le diocèse de Bayonne à Bayonne et Pau les 7 et 8 mars ont été « reportées », signale France Info.

Ces rencontres devaient être animées par l’abbé Louis-Marie Guiton, aumônier de l’association Courage, qui encourage les homosexuels à l’abstinence, voire à changer d’orientation sexuelle.

L’annonce de ces rendez-vous avait suscité la colère de nombreuses associations, dont l’association Bayonnaise LGBT Les Bascos — qui avait appelé à un rassemblement de protestation le 7 mars — et SOS homophobie.

Cette dernière dénonçait fermement l’organisation de cet événement et les risques sérieux qu’il comporte pour les personnes lesbiennes, gay, bi, trans (LGBT), pour leur santé et notamment celle des jeunes. » et affirmait que Courage « fait l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis où elle organise des « thérapies de guérison » de l’homosexualité. » Des thérapies qui loin de guérir peuvent conduire au suicide, rappelait SOS homophobie.

Le diocèse de Bayonne s’explique

Dans un communiqué sur son site, le diocèse explique sa décision ainsi:

« Compte tenu des remous médiatiques qui ont entouré cette annonce et des malentendus ou des tensions qui en ont découlé, nous préférons surseoir à l’organisation de ces deux réunions. »

Mais il défend malgré tout sa démarche:

« Nous déplorons cependant qu’au nom d’une conception erronée de la laïcité, certains groupes puissent contester à l’Eglise le droit et la liberté de prendre les initiatives qui font partie de sa mission pastorale : aider tous ses fidèles, quels qu’ils soient, à suivre le Christ, dans le plus grand respect de leur liberté. »$

SOS homophobie avait annoncé qu’elle avait « saisi la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes) chargée, sous l’autorité du Premier ministre, de coordonner l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives et pratiques sectaires » afin de dénoncer l’action de « Courage ».