Don du sang: les gays peuvent donner leur sang dès aujourd’hui

Don du sang: les gays peuvent donner leur sang dès aujourd’hui

Be first to like this.

A partir d’aujourd’hui, mercredi 16 mars, les gays peuvent à nouveau donner leur sang au même titre que les hétérosexuels.

Le ministère de la Santé avait annoncé le 11 janvier dernier qu’il supprimerait toute référence à l’orientation sexuelle sur le questionnaire préalable au don du sang. C’est désormais chose faite.

Une interdiction vieille de 39 ans

L’interdiction remonte à 1983, alors que l’épidémie de VIH commençait à faire des ravages chez les gays. Il avait fallu attendre 2016 pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes puissent à nouveau donner leur sang, mais avec une condition drastique: ne pas avoir eu de relation sexuelle au cours des douze derniers mois. Ce délai avait ensuite été abaissé à quatre mois.

Si beaucoup de gays ressentaient cette interdiction comme une discrimination, la mesure se justifiait  en fait par la forte prévalence du VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes. En raison de la fenêtre de séroconversion, pendant laquelle le VIH n’est pas détectable, le risque qu’un don de sang soit positif au VIH s’en trouvait augmenté.

Alors que les politiques de dépistage et la mise en place de la PrEP semblent donner des résultats, ce risque était moins élevé. De plus, « L’extrême vigilance des autorités sanitaires permet une évolution des conditions d’accès au don du sang », a expliqué le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, lors d’un point presse. D’où la levée de l’interdiction.

Depuis ce matin, on a pu voir passer sur les réseaux sociaux des photos d’hommes gays qui ont pu donner leur sang, à l’image d’Erwann Le Ho, président du Centre LGBT+ de la Côte d’Azur.

La Prep n’est pas compatible avec le don du sang

Attention, si vous prenez la Prep ou si vous avez suivi un traitement post-exposition, il faut attendre 4 mois après votre dernière prise pour donner votre sang. Les comportements dits à risques, c’est à dire avoir eu plusieurs partenaires sexuels récemment ou la consommation de drogues, sont également incompatibles avec le don. Mais c’est le cas aussi pour les hétérosexuels.

Des ajustements restent à faire

Pour l’association Les Actupiennes, il reste plusieurs ajustements à faire. « Les partenaires séronégatif.ve.s de personnes séropositives au VIH en charge virale indétectable sont interdit.e.s de don, tant qu’elles ont des rapports sexuels avec leur partenaire. », explique l’association dans un communiqué. Selon Les Actupiennes, l’Etablissement français du sang et la Direction Générale de la Santé « ne reconnaissent pas la charge virale indétectable d’unE séropo comme protégeant d’une contamination pour sonA partenaire séronégatifVE (connu sous l’acronyme TasP ou I = I), alors qu’elle est prouvée avec certitude depuis 2012. »

 

 

Related Stories

Patinage: Guillaume Cizeron dénonce les propos homophobes d'un juge
Chemsex: Les résultats de l'étude "Sea, sex and chems" ont été dévoilés
Rihad B., accusé de viol par Edouard Louis, a été relaxé en appel
Après une saison (un peu) décevante, Drag Race Down Under couronne sa première reine
Quantcast