« Vous véhiculez la haine crasse qu’est l’homophobie »: un député mouche la Manif pour tous

La Manif pour tous est homophobe et un député n’hésite à l’affirmer publiquement.

L’Assemblée Nationale menait hier des auditions sur la PMA en prévision de la révision des lois bioéthiques. SOS homophobie a été auditionnée mais des anti-PMA notoires étaient également de la partie, comme la Manif pour tous ou Alliance Vita.

Le député LREM Guillaume Chiche a fait une sortie remarquée contre Ludovine de la Rochère, qui représentait la Manif pour tous.

« J’ai adressé un courrier au président de la présente mission et à son rapporteur pour m’opposer formellement à votre audition », a-t-il affirmé, comme le rapporte Tetu.com.

« Vous êtes dans un exercice d’attaques systématiques des familles que vous stigmatisez sans vergogne. Je pense aux familles monoparentales, aux familles homoparentales, presque à demi-mot aux familles recomposées, et par voie de conséquence, vous vous attaquez aux enfants de ces familles. Aussi parce que vous êtes dans un exercice d’obscurantisme exacerbé, qui consiste à décrédibiliser les travaux de recherche scientifique. Des travaux qui sont menés sur plus de 30 ans pour mettre en évidence le fait que les enfants élevés dans des familles homoparentales ou monoparentales ne souffrent d’aucun écueil ». 

Guillaume Chiche enfonce le clou: « Avec votre attitude, vos propos et vos actions, vous véhiculez la haine crasse qu’est l’homophobie ». Il rappelle ensuite les propos de Jean-Marie Andrès, lors de la dernière université d’été de la Manif pour tous — celui-ci avait lancé à l’assistance: « Le problème, c’est pas que les pédés » — et critique les affiches du mouvement qui compare les enfants à des aliments OGM.

Un peu plus tard sur la chaîne LCP, le député a de nouveau interpellé Ludovine de la Rochère sur les propos de Jean-Marie Andrès:

Député des Deux Sèvres, Guillaume Chiche a annoncé au mois de juillet qu’il comptait déposer une proposition de loi pour ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Le gouvernement l’avait poussé à abandonner son projet.