En matière de sexe, il est important d’essayer de nouvelles choses (au moins trois fois)

This post is also available in: English Español Português ไทย 繁體中文

Dans notre société qui hait le sexe et qui nous juge pour nous y adonner, il est difficile de se défaire des barrières mentales imposées par les normes sociales pour parvenir enfin à une sexualité épanouissante. Au lieu d’être soutenus et encouragés dans notre exploration de la sexualité, nous sommes jugés et limités tout au long de notre vie.

La peur d’être perçu comme un accro au sexe – une expression péjorative qui dénigre l’hyper-sexualité – inhibe nos désirs.

Des termes comme « gay », « lesbienne », « hétéro » ou « bi » nous enferment dans des cases et nous empêchent d’explorer un spectre plus large d’expériences sexuelles.

La communauté gay rejette l’érotisation du corps des femmes et verse souvent dans la misogynie (« berk ! Un vagin ! C’est sale !« ).

La biphobie nous fait voir les hommes bi comme des gays refoulés.

La dépréciation du sexe amène ceux qui ont une vie sexuelle très active à se voir eux-mêmes comme « des salopes » ou à penser qu’ils ne trouveront jamais l’amour.

Tout cela signifie que notre orientation sexuelle n’est, le plus souvent, qu’une version limitée et amenuisée de notre véritable et authentique sexualité.

Une culture sexuellement (et socialement) saine serait une culture où la sexualité serait plus vaste et plus ouverte, avec peu (ou pas du tout) d’étiquettes sexuelles et des expériences plus variées. Les étiquettes amènent toujours à des règles, à des attentes et à des discriminations.

Une sexualité épanouissante et saine autorise une multitude d’expériences sexuelles, y compris celles qui vous feront remettre en question la façon dont vous vous percevez. Certaines peuvent être déroutantes, d’autres excitantes et d’autres enfin n’ont pas besoin qu’on les nomme ou qu’on leur colle une étiquette.

great sex ball gag

Notre vie sexuelle repose souvent sur l’habitude et le confort : nous préférons les pratiques que nous connaissons déjà à celles qui nous excitent vraiment. Mais notre désir est changeant et malléable : il peut évoluer en fonction de nos nouvelles expériences. Rappelez-vous par exemple qu’autrefois, les publicités pour les sous-vêtements vous rendaient fou d’excitation mais que, en grandissant, vous avez eu besoin d’images plus explicites pour être excité.

La clef d’une sexualité épanouie, c’est de rester ouvert aux nouveautés et, plus important encore, de les essayer plus d’une fois.

Alors, notre sexualité pourra découvrir de nouveaux territoires et intégrer de nouveaux stimuli érotiques. C’est comme cela que qu’elle peut rester agréable et en constant renouvellement – les deux conditions-clefs pour garder une libido active.

De nouveaux partenaires (ou de nouvelles expériences avec ses partenaires actuels) sont autant d’occasions d’élargir sa sexualité. Si vous vous sentez à l’aise avec cela et si vous avez confiance en votre partenaire, essayez quelque chose de nouveau au lit (ou ailleurs que dans un lit) et essayez-le plusieurs fois pour bien le découvrir.

 

Le Dr. Chris Donaghue est maître de conférences, thérapeute et animateur du podcast LoveLine. Il apparaît régulièrement dans les talk-shows The Amber Rose Show et The Doctors. Il a également animé les émissions Sex Box sur We tv et Bad Sex sur Logo. Il est l’auteur du livre Sex Outside the Lines: Authentic Sexuality in a Sexually Dysfunctional Culture et de plusieurs articles dans des journaux et magazines prestigieux tels que The New York Times, Newsweek, Cosmo, National Geographic… Retrouvez-le sur Twitter et Instagram.

 

Image de Une par hannatverdokhlib via iStock