Séropositifs modèles: la nouvelle génération

Séropositifs modèles: la nouvelle génération

Be first to like this.

On le sait depuis longtemps, le meilleur moyen de lever la honte et le tabou d’une orientation sexuelle ou d’une maladie, c’est la visibilité.
En dehors des militants, de plus en plus de personnalités prennent la parole pour parler de leur séropositivité. Ils n’ont pas vécu les années noires, mais ils n’en ont pas moins une conscience aigüe de la maladie et de l’importance d’en parler. Voici quelques uns d’entre eux.

Sadiq Ali, artiste et performer 

Sadiq Ali est un artiste de cirque et performer londonien de 30 ans. Il s’est fait connaître en 2016, lorsque élu Mister Gay Britain, il a concouru pour devenir Mister Gay World.
Il est devenu séropositif en 2014, alors qu’il hésitait à rejoindre un programme sur la Prep. Une hésitation qui l’a conduit à se contaminer, confiait-il au site Queerty en 2016.
Il est depuis devenu militant pour la Prep, pour la visibilité des personnes séropositives et bien sûr du Tasp: on a pu le voir notamment sur les affiches de la campagne “Can’t pass it on” (“peux pas le transmettre”) de l’association britannique Terrence Higgins Trust. Dans son dernier spectacle, The Chose Haram, il parle aussi d’addiction et de religion.

Ongina et Trinity K. Bonet, drag-queens

Beaucoup de choses différencient ces deux drag-queens américaines: l’une est asiatique, l’autre est noire, la première se démarque par sa personnalité extravertie, la seconde est introvertie, mais danse comme personne. Elles ont néanmoins un point en commun: lors de leur participation à l’émission RuPaul’s Drag Race, elles ont toutes les deux révélé leur séropositivité.
Ongina (à gauche sur la photo), participante de la saison 1 de l’émission, venait de remporter un défi consistant à représenter la marque de cosmétiques MAC, qui lève des fonds pour la lutte contre le VIH. Lorsque RuPaul lui a annoncé qu’elle avait gagné, elle a fondu en larmes et affirmé qu’elle était elle-même concernée.
Trinity K. Bonet, elle a évoqué le sujet de manière plus informelle, avec ses consœurs de la saison 6. Un moment fort d’honnêteté pour elle, qui lui a permis de briser la glace avec les autres participantes, ce qui avait été difficile auparavant.
Depuis, les deux drags, suivies par des centaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux abordent régulièrement le sujet. On dit souvent que le drag est politique. Il peut aussi faire œuvre de santé publique.

LIRE AUSSI | Fred Colby: “Plus on sera visibles, plus on fera passer des messages sur le Tasp, moins il y aura de la stigmatisation, de la sérophobie”

Jacen Zhu, acteur X

Qui a dit que les acteurs pornos étaient superficiels? Jacen Zhu, star des studios Lucas Entertainment ou Cockybos, avant de devenir indépendant, nous a accordé une interview en 2018 . Il souhaitait nous alerter sur les ravages du crystal (ou “tina”) au sein de la communauté gay, en particulier chez les gays racisés. Au passage, il nous a parlé de sa séropositivité. Pour lui sérophobie et addiction ont des liens évidents:
“La discrimination du VIH/Sida contribue au silence de beaucoup, y compris moi-même. En tant que personne séropositive indétectable, j’ai lutté contre la réalité de mon statut sérologique, ce qui m’a conduit à m’isoler, par peur de l’inconnu, nous déclarait-il.
Il met aujourd’hui sa notoriété au service de la Prep ou du Tasp. Dans une dernière campagne il est devenu “Undetectable man” (http://www.prepsquaddc.org/Uman/). Un super-héros auquel il fait bon s’identifier.

Jonathan Van Ness, coiffeur et personnalité télé-réalité

“Where are my dragons??” (“Où sont mes dragons?”). C’est avec cette phrase culte que Jonathan Van Ness terminait ses hilarants recaps de Game of thrones pour le site américain Funny or die.
On a suivi ensuite ce coiffeur américain plus flamboyant tu meurs comme expert beauté de Queer Eye, sur Netflix.
Au fil des émissions et des interviews, on a pu découvrir que derrière sa légèreté, son humour et bienveillance à l’égard se cachait un passé compliqué, chargé d’addictions au sexe et aux drogues. Il a également révélé être devenu séropositif à 25 ans. Son parcours montre que l’acceptation de soi et la résilience peuvent transformer les épreuves en force. En mettant cette force au service des autres, Jonathan Van Ness prouve qu’il a tout pour être ce que les américains appellent un “role model”.

Mathieu Ferhati, acteur X

Les amateurs de porno français le connaissent sans doute. L’acteur porno français Mathieu Ferhati a évoqué publiquement sa séropositivité dans une interview sur Youtube en septembre dernier. Il s’en est expliqué ensuite sur Seronet . Il raconte notamment que confronté aux réactions négatives de ses partenaires ou sur les applis, il a décidé de dire qu’il était sous Prep. Cela a failli lui coûter très cher en Thaïlande, où il a été victime d’une tentative d’extorsion liée à la révélation de sa séropositivité. “Depuis ce jour là, j’ai décidé que plus jamais je ne mentirai sur ma sérologie et que je n’avais pas à me cacher ni à avoir honte d’être séropositif.”, explique-t-il. “À toutes les personnes qui vivent avec le VIH et qui sont isolées, j’ai envie de vous dire que vous n’êtes pas seules. On peut se regrouper et se soutenir. “, ajoute-t-il.

Cet article est rédigé par Hornet dans le cadre d’une campagne de Santé publique France. Retrouvez toutes les infos sur la prévention sur http://sexosafe.fr/ 

Related Stories

RuPaul's Drag Race All Stars 4: On connaît enfin le cast
C'est officiel: il y aura bien une version anglaise de "RuPaul's Drag Race"
Mort de la drag-queen Chi Chi DeVayne, à 34 ans
All Stars 3: la quatrième drag éliminée parle de son évolution et de sa favorite
Quantcast